Levez les yeux ! Et découvrez Casablanca à travers le prisme de son architecture...

Loin des palais chérifiens, il est un Maroc en mouvement perpétuel oscillant entre traditions etmodernité. Ce Maroc-là cultive sans complexe ses contrastes et contient sa part de magie.Casablanca, l'oubliée des circuits touristiques, en est la meilleure représentante.

Laissez celle que l'on surnomme la Dame blanche vous conter son histoire et vous dévoiler, quartier par quartier, sa personnalité attachante.

Revivre le Casablanca des années 1920 et 1930

Un mélange de styles

L'architecture de Casablanca (Casa, pour les intimes) connaît un développement spectaculaire au début du XXème siècle. Le Maroc vit alors sous protectorat français et le maréchal Lyauteyambitionne de créer, hors les murs, une ville nouvelle qui s'étire aujourd'hui à partir du vieux centre de Casa.

De larges avenues, en passages et autres halls, vos pas vous invitent à de surprenants face-à-face avec des bâtimentsremarquables des années 1920. Cet héritage architectural témoigne de l'époque durant laquelle Casa était un véritable champ d'expérimentation urbanistique. Les styles Art Déco et Bauhaus se mêlèrent au savoir-faire marocain pour donner vie à un art hybride, que certains qualifièrent de néomauresque.

Poisson grillé et patrimoine des années folles

Il est midi et la faim vous tiraille ? Improvisez un déjeuner dans le marché central. Vous choisissez votre poisson sur les étals et vous le confiez aux experts des grillades installés sur les terrasses alentour. Accompagnez cette préparation d'une salade marocaine et de pain traditionnel. Et savourez l'instant !

À quelques pas de là, la place Mohammed-V reflète à merveille les folles années de Casa. Lepalais de justice et la wilaya(division administrative) y ont pignon sur rue. L'église du Sacré-Cœur parachève votre balade éclectique. Réservez quelques minutes encore pour visiter l'une des expositions temporaires accueillies dans l'ancien sanctuaire catholique, avant de vous promener dans les jardins du parc de la Ligue arabe.

Envie de décrypter le patrimoine des années 1920 et 1930 de Casablanca ? Contactez l'association Casa Mémoire qui organise, sur demande, des visites guidées très instructives. Autre défi des bénévoles : sauvegarder la beauté architecturale de la ville.

eglise sacre coeur(2).jpg
Eglise du Sacré Coeur

L'incontournable médina

De l'ancienne médina...

L'ancienne médina, enserrée dans ses remparts du XVIème siècle, affiche la physionomie classique des centres urbains marocains. Déambulez dans son enchevêtrement de ruelles et laissez-vous emporter par la foule et la frénésie de son marché coloré !

Du square de la KoubbaSidi Bou'Smara, longez les fortifications jusqu'à la Squala ; un bastion du XVIIIème siècle dressé face au port de pêche. Son jardin andalou, agrémenté de fontaines, tombe à pic pour une balade loin de l'agitation de la ville...

... à la nouvelle médina

Une petite course en taxi vous conduit ensuite vers la nouvelle médina. Avec ses airs de souk traditionnel, on la croirait 100 % marocaine. Que nenni ! Le quartier des Habous est une création des architectes français datant des années 20.

Vous y trouvez de tout : des épices, des olives, des tapis, des antiquités, des décoctions à base d'herbes médicinales, etc. Ainsi que des pâtisseries marocaines exquises chez Bennis Habous (2 Rue Fkih El Gabbas) : l'occasion d'envoyer valser votre régime sans scrupule !

mosquee hassan II(2).jpg
Mosquée Hassan II

La mosquée Hassan II

Un bâtiment hors normes

Colossale, titanesque, pharaonique... Les superlatifs viennent à manquer lorsqu'on se hasarde à décrire la mosquée Hassan II. C'est que la star des monuments de Casablanca peut s'enorgueillir de bien des prouesses. Si elle n'est que la troisième mosquée la plus grande au monde après La Mecque et Médine, son minaret haut de 200 mètres, est lui le plus élevé !

Inauguré en 1993, ce bâtiment religieux a mobilisé pour sa construction pas moins de 35 000 ouvriers, 100 artisans et 90 architectes et ingénieurs. Parmi ces derniers se trouvait le maître d'œuvre français, Michel Pinseau. Aujourd'hui, l'édifice peut accueillir pas moins 100 000 fidèles dont 80 000 sur son parvis.

Une décoration splendide

L'esplanade monumentale, directement exposée aux caprices de l'océan, ravit l'œil par ses volumes harmonieux et son florilège de détails. Partout où se pose votre regard, vous appréciez des motifs géométriques, des courbes entrelacées et des dessins floraux sculptés dans la pierre. La beauté extérieure du site égale son raffinement intérieur. Zelliges, bois de cèdre taillé,stuc ciselé et calligraphies se reflètent dans le marbre avant d'exploser dans le champ visuel des visiteurs.

Vitrine de l'artisanat marocain, la mosquée Hassan II n'en reste pas moins à l'avant-garde en matière de nouvelles technologies. Elle abrite en son sein un toit ouvrant, un sol chauffé, des rayons laser pointés vers La Mecque et des portes amovibles en titane. La preuve que Casablanca sait cultiver ce subtil équilibre entre tradition et modernité...

Renaissance d'un mythe

Qui ne connaît pas le film Casablanca, ce grand classique de l'histoire du cinéma couronné par pas moins de 3 oscars ? Une Américaine installée à Casablanca a réalisé le projet fou de recréer lemythiqueRick's café. Le résultat est si bluffant que l'on s'attend à voir surgir Humphrey Bogart et Ingrid Bergman au travers de la lumière tamisée... À un détail près : le Rick's café n'a jamais existé. Le film de Michael Curtiz ayant été tourné... dans les studios d'Hollywood !

Casablanca sous l'œil de Nour-Eddine Lakhmari

Zéro, raconte l'histoire d'un flic de Casablanca que ses collègues surnomment Zéro. Évoluant dans la spirale du racket organisé, dénigré par ses supérieurs corrompus et tenaillé par un père impotent, ce personnage cherche en vain une issue à sa vie. C'est alors qu'il décide de partir à la recherche d'une jeune fille disparue et de changer le cours des choses. Brut, sombre et sans détour, ce film très abouti sur le plan esthétique prend pour décor le vieux centre Art Déco de Casablanca.

Casablanca en bref

Quand y aller ?

Casablanca, de par son ensoleillement exceptionnel, se visite toute l'année. Les hivers sont cependant plutôt frais (8°à 20°) et les étés chauds (de 17° à 28°), mais rarement étouffants comme à l'intérieur du pays.

Comment se déplacer ?

La circulation anxiogène et les panneaux écrits en arabe (ou inexistants) dissuadent les automobilistes. Préférez les taxis, nombreux et bon marché, ou encore le tramway.

Avant de partir...

Formalités d'entrée : passeport en cours de validité pour les ressortissants de l'Union européenne. Un visa d'entrée n'est pas requis.

Santé : l'infrastructure sanitaire est satisfaisante, mais onéreuse dans les établissements privés. Pensez à souscrire une assurance assistance rapatriement.

Où dormir ?

Les options d'hébergement à Casablanca ne manquent pas. Il y en a pour toutes les envies et tous les budgets !

Où manger ?

Rick's Café : 248, Boulevard Sour Jdid. Place du jardin public,Ancienne médina, Casablanca

L'Etoile Centrale : 107 rue Allal ben Abdellah, Casablanca

La Scala : Boulevard des Almohades, Casablanca

Al Mounia : 95 rue du Prince Moulay-Abdallah, Casablanca

Avant de partir...

Formalités d'entrée : pour les ressortissants de l'Union européenne, un passeport en cours de validité suffit.

Santé : l'infrastructure sanitaire est satisfaisante, mais onéreuse dans les établissements privés. Avant de partir, pensez à souscrire une assurance assistance rapatriement.

" Une mégalopole anarchique et déstructurée, une ville des extrêmes, attachante et stimulante, qui a une histoire, une nostalgie et une mémoire "

Abdelkader Lagtaâ, cinéaste et enfant de Casablanca.

3 évènements incontournables

Juin : Journées du patrimoine de Casablanca ; visites guidées et animations.

Août : Festival de Casablanca ; musique et culture en effervescence.

Septembre : L'Boulevard ; nouvelle scène marocaine à l'honneur.