Parcourez les plages sauvages et les villages coloniaux au son de la musique authentique du Cap-Vert.

Au large des côtes du Sénégal, l'archipel est la croisée des chemins et des cultures. Peuplé par les Portugais et les esclaves venus d'Afrique, le Cap-Vert vit aujourd'hui au rythme des Antilles. On retrouve donc dans les rues de Mindelo et dans les boîtes de Praia un mélange de zouk, de merengue, de saudade, et de chants et danses traditionnels aux airs brésiliens et africains...

L'île de la diva aux pieds nus

Une enfant du pays

Impossible d'évoquer le Cap-Vert sans parler de sa plus grande représentante, Cesaria Evora. Née en 1941, elle devient rapidement une chanteuse reconnue dans l'archipel et au sein de la diaspora en Europe au milieu des années 70. Elle met ensuite sa carrière entre parenthèses pour 10 longues années. Le monde entier la découvre enfin avec le sublime morceau Sodade au début des années 90. Le succès ne la quittera plus jusqu'à son décès en 2011.

Une icône de la Morna

Comme Ildo Lobo, Dona ou le grand compositeur B.Leza, Cesaria chantait la Morna. Ce style nait au milieu du XIXème sur l'île de Boa Vista, avant de s'exporter sur Brava où le fameux poète Eugenio Tavares la rend populaire. On trouve d'ailleurs à Nova Sintra un petit musée lui rendant hommage. La Morna est devenue petit à petit une musique mélancolique, teintée de fado et d'attitude blues, qui retranscrit les états d'âme d'un peuple mis à mal par les famines, les dictatures et l'exil de ses forces vives.

Cesaria Evora.jpg
Cesaria Evora - Photo par As fotos da Virada CC BY 2.0

La musique en pratique !

Bars, concerts et festivals

Pour écouter de la Morna, rendez-vous à Mindelo, la ville natale de Cesaria Evora et la capitale de Sao Vicente. Dans cette superbe cité coloniale qui rappelle La Havane, quelques bars et l'Alliance Française proposent des concerts en fin de semaine.

Mais c'est surtout au son du Festival de Baia das Gatas que vibrent les oreilles des mélomanes et des fêtards ! Tous les ans au mois d'août, les plus grands artistes cap-verdiens et des invités étrangers de renom se succèdent sur la scène principale au bord de l'eau. Et quand les musiciens ont terminé, place aux DJs jusqu'au petit matin. On compte près de 20 000 spectateurs, dont beaucoup campent sur le sable, au milieu des stands " gastronomiques " et des familles venues en grand nombre. D'autres festivalsont depuis vu le jour dans l'archipel : le Gamboa Music Festival à Praia, Santa Maria sur l'île de Sal...

Zouker en discothèque

Comme toujours depuis le XVIème siècle, les habitants de l'archipel intègrent sans cesse de nouvelles influences, au gré des migrations et des rencontres entre musiciens. Depuis une vingtaine d'années, les sonorités antillaises font fureur au Cap-Vert. Le zouk et le merengue ont été immédiatement adoptés et la variante locale, le Cabo Love ou Cabo Zouk, est omniprésente sur les ondes et à la télé. LaFunanamoderne est une danse très populaire, sorte de zouk très rapide, assez " hot ". Dans sa version traditionnelle, la funana se jouait habituellement avec seulement un accordéon et une section rythmique réalisée par couteau frotté sur un morceau de fer ! Pour connaitre cette musique revendicative, interdite pendant l'occupation portugaise, écoutez le grand Codé Di Dona.

À partir d'1h du matin dans les grandes villes, les boites de nuit sont nombreuses et accueillent volontiers les touristes (Empruntez toujours un taxi pour vos déplacements vers et depuis les discothèques).N'hésitez pas à partir vous déhancher au Syrius, au Caravela, ou au Pont d'Agua, à Mindelo. Du côté de Praia, testez le Zero Horas, l'Ateia ou la Bomba H...

Ile de Santo Antao(1).jpg
Côte de l'Île de Santo Antao

Au rythme des tambours

Un héritage africain

L'Afrique est toute proche, et les esclaves importés en masse ont amené leur culture, présente aujourd'hui encore. Tous les ans aux alentours de la Fête de la Saint-Jean, la Cola Sanjon prend le contrôle des rues, principalement sur les îles de Santo Antão, de São Vicente et de São Nicolau. Pendant 4 ou 5 jours, les groupes de percussionnistes emmènent la foule sur un rythme ternaire immuable. Certains danseurs sont affublés d'un navizin, sorte de maquette de bateau qu'ils portent autour de la taille. Lesfestivités se terminent avec d'énormes feux de joie.

Les rythmes les plus africains de la musique capverdienne se manifestent dans les styles musicaux appelés batuque et finançon, composés de chœurs de femmes accompagnées de percussions traditionnelles.

Entre Portugal et Brésil

Les morceaux capverdiens les plus connus à l'international sont des mornas, héritées des colons portugais. Ce sont des balades langoureuses exprimant la nostalgie que l'on retrouve dans le célèbre fado.

A la douce morna se mixent les rythmes du zouk, de la samba, de la rumba et autre bossa nova.

La tabanka et la batucadeira sont des musiques de carnaval et de défilé. Ces styles apparus plus récemment, s'inspirent directement de la musique brésilienne.

Avis aux mélomanes, le répertoire capverdien est plus long à parcourir que la traversée de l'île !

La diaspora capverdienne en Europe

Petit pays, mais grosse émigration ! Les conditions économiques et climatiques plus que difficiles ont forcé de nombreux habitants à tenter leur chance aux Etats-Unis et en Europe, principalement à Lisbonne et à Paris. Pour goûter la gastronomie locale en plein de cœur de Paris, allez faire un tour Chez Celeste. Entre deux tapas et une salade de poulpe, vous aurez l'occasion d'écouter des musiciens cap-verdiens ou brésiliens. Et pour vous habituer aux sons qui passent dans les boites de Santiago, découvrez le disquaire Cap-Vert Music, dans le 18e arrondissement.

Cesaria Evora sous l'œil des Parisiens

Bien d'autres opus de sa discographie méritent une écoute attentive : on pense notamment à Miss Perfumado ou Cafe Atlantico... Le concert " Live d'Amor " donné au Grand Rex de Paris en 2004 et disponible en DVD a cependant l'avantage de nous montrer la diva telle qu'elle était : simple, chaleureuse et envoûtante... Un avant-goût de ce que vous réservent les îles du Cap-Vert !

Le Cap-Vert en bref

Quand y aller ?

Choisissez la période de carnaval (février/mars), le mois de juin pour les fêtes de la Saint-Jean ou le mois d'aout pour profiter des festivals.

Comment se déplacer ?

En avion : les liaisons régulières relient l'Europe au Cap-Vert, mais aussi plusieurs compagnies aériennes vous déposent sur les îles de Santiago, de Boa Vista ou de Sao Vicente. Les liaisons inter-îles se font souvent en bateau, au gré de la disponibilité des embarcations.

Profitez de nos offres de vols en allant sur cette page.

En bateau : De nombreux bateaux relient les îles plusieurs fois par semaine. Attention cependant aux horaires, ils ont tendance à être assez aléatoires...

Où dormir ?

Préférez les hôtels de Mindelo, dans ses rues pleines de charme...

Où se restaurer?

La Pergola, Rua Santo Antonio, Mindelo, Sao Vicente 238

Blu Bar, 15 Agosto Street, Santa Maria, Sal. Café-concert

O Pescador, Rua da Prainha, Santiago

Morabeza Beach Bar & Lounge, Joao Questao, Boa Vista

Ils ont dit

" Le Cap-Vert est le pays qui a le plus d'artistes au mètre carré "

A la fois musicien et homme politique, Mario Lucio est une figure incontournable du Cap-Vert. Il est le fondateur du groupe Simentra qui marqua le retour décisif de la musique capverdienne vers ses racines acoustiques. Il est aussi connu pour avoir réaffirmé la culture africaine comme partie intégrante de l'identité culturelle capverdienne.

Calendrier

3 évènements incontournables

Fevrier/mars : Carnaval et Mardi Gras

Aout : Festival Praia das Gatas, un des plus grands festivals à l'air libre d'Afrique de l'Ouest.

Juin : Fêtes de la Saint-Jean, des défilés au son des tambours et du Cola Sanjon, immanquable !