Crise existentielle ou familiale, problème de couple, introspection, on a tous un jour ou l'autre été sans le savoir, un cas humain potentiel pour un film de Mr Allen.

Tous ses protagonistes en général, sont saisis par la caméra au moment où ils arrivent à une impasse - amoureuse, professionnelle, morale - et qu'ils doivent choisir un (nouveau) chemin à prendre. New York a toujours été le berceau de ces méandres intérieurs et humains, inéluctable pour un réalisateur né à Brooklyn et attaché à sa ville.

NYC la star

En parcourant la ville, on a un vrai plaisir à se projeter dans certains de ses meilleurs films. Une incroyable quantité de ses films y ont été tournés. Inspirants et effervescents, une multitude de lieux dans New-York nous donnent l'impression de faire une incursion dans une scène d'un de ses longs-métrage.

Sa ville n'a cessé d'être sa muse. Il aime New-York et s'en inspire, à un point tel, que plus de vingt-cinq de ses films y sont nés : Manhattan, Annie Hall, Meurtre mystérieux à Manhattan, Hollywood Ending, Escrocs, mais pas trop, Celebrity, Harry dans tous ses états, Tout le monde dit I love you, Maudite Aphrodite, Alice, Crimes et délits, Une autre femme, Hannah et ses sœurs... pour n'en citer que quelques-uns.

Allez partons en balade au gré de quelques-uns de ses films cultes !

NYC.jpg
Vue aérienne de New-York - Crédit : Sandrine Tordjman

Manhattan (1979)

Woody Allen fait une véritable déclaration d'amour éperdu à Manhattan. Ce film est soutenu de bout en bout par la musique de George Gershwin, les vues de New York sont magnifiées par la caméra. Le noir et blanc voulu par Woody Allen raconte la vision idéalisée et nostalgique qu'il porte sur sa ville natale.

manathan.jpg
Vue de Mahnattan - Crédit : Sandrine Tordjman

Pleins feux sur les lieux du film

Dans le film, qui est sorti en 1979, une bonne partie des lieux filmés existe toujours aujourd'hui, comme l'épicerie fine, Dean and De Luca (560 Broadway), à la seule différence que les patrons ne sont plus italiens, mais japonais. Il y a aussi la Librairie Rizzoli (31 West 57th st) ou enfin, le bruyant restaurant Carnegie Delhi (854 7 th Ave), réputé pour servir le meilleur sandwich au pastrami de la ville. Le préféré, paraît-il, de Woody Allen, qui a un énorme sandwich à son nom à la carte : pastrami & corned beef. Toutes les spécialités de la cuisine delicatessen casher d'Europe de l'Est sont au menu.

Une scène culte

Isaac Davis (Woody Allen), un auteur de télévision deux fois divorcé, raccompagne en taxi Mary Wilkie (Diane Keaton), l'amante de son meilleur ami, après un événement caritatif au MoMA. Tous deux se laissent prendre par le fil de la conversation et bavardent jusqu'au lever du soleil, tandis que les contours du pont de Queensboro se détachent en ombre chinoise.

Un lieu culte

Sur l'affiche de Manhattan, ce n'est pas le pont de Brooklyn qui est représenté, mais le Riverview Terrace de Sutton Square (sur 59 th st près de l'East River).

Meurtre mystérieux à Manhattan (1993)

Les New-Yorkais inspirent le réalisateur et les beaux quartiers lui donnent des idées insoupçonnées de meurtres. C'est le premier film policier de Woddy Allen tourné en partie dans l'Upper East Side, comme la 5th avenue.

new-yorl-library.jpg
New-York Library - Crédit : Sandrine Tordjman

Pleins feux sur les lieux du film

Larry et Carol habitent dans l'immeuble des 15 Gramercy Park South. Diane Keaton fouille, fouine, interroge et explore en toute illégalité cet immeuble !

Meurtre mystérieux à Manhattan nous entraîne dans le célèbre Club 21, au nº 21 West de la 52nd Street. Le Club 21 est l'un des bars-restaurants de New York les plus réputés, avec sa façade en fonte et ses petites statues de Jockeys posés sur les marches. Ce film vous emmène aussi au Café des artistes (West 67th Street), à la New York Public Library, sur les 5th avenue entre East 40h Street et East 42nd Street, qui est le deuxième lieu le plus romantique dans le film. Vous pouvez aussi apercevoir le Lincoln Center, devant la fontaine de Bryant Park pour une mise au point animée entre Diane Keaton et Woody Allen. Last but not least, les personnages se rendent au Madison Square Garden, pour un match de hockey sur glace.

Une scène culte

Un corps sans vie est découvert à l'intérieur de l'hôtel 17.

Un lieu culte

L'hôtel situé au nº 225 East de la 17th Street a effectivement servi de décor à quelques scènes du film. Et si vous y séjourniez ? Bénéficiez de nos offres Expedia sur l'hôtel 17 à New-York sans plus attendre !

Hannah et ses soeurs (1986)

De nombreuses scènes ont été tournées dans le vrai appartement de Mia Farrow, donc on ne vous invitera pas à la visite cette fois-ci.

Vous pouvez néanmoins allez faire un tour à Central Park !

hannah-et-ses-soeurs-soho.jpg
Soho - Crédit : Sandrine Tordjman

Pleins feux sur les lieux du film

Rappelez-vous cette séquence inoubliable avec Robin Williams, qui devient un acteur " flou ", tout près de la fontaine de Bethesda à Central Park. Il y a aussi la sortie de l'hôpital Mount Sinaï quand Woody apprend qu'il n'a pas de tumeur au cerveau (il est fortement hypocondriaque) aux 98 th Street et 102nd Street (une fois de plus près de Central Park). L'architecte David Tolchin (Sam Waterston) emmène Holly (Dianne Wiest) et son amie à la conquête des plus beaux coins de Manhattan, parmi lesquels figure le Pomander Walk.

C'est dans les rues de Soho que se balade Elliot (Michael Caine), en attendant de croiser Lee (Barbara Hershey). C'est au cœur de Greenwich village qu'il amène cette dernière pour lui faire découvrir le charme de cette fameuse bibliothèque.

Une scène culte

Woody tente de chercher une réponse avec des moines bouddhistes dans Central Park.

Un lieu culte

Central Park, n'est plus un mystère pour personne, et il vrai que dans cet immense parc, on peut rencontrer des gens particuliers. Ça peut aller du prédicateur, aux moines bouddhistes, en passant par des groupes de musique ou des acrobates.

Et si vous réserviez un hôtel à New-York à proximité de Central Park ?

Fadding gigolo (2013)

Qui aurait imaginé que ce libraire un peu âgé et sans charisme, deviendrait un jour un proxénète et qui plus ait, de son meilleur ami. Une parodie grandiose, un pur petit bijou avec Woody Allen et Vanessa Paradis, surprenante en maman juive orthodoxe. Réalisé par le talentueux John Turturro, cette comédie est à voir absolument !

fading-gigolo-pont-brooklyn.jpg
Pont de Brooklyn - Crédit : Sandrine Tordjman

Pleins feux sur les lieux du film

Tout commence dans une libraire de New Work, à Schwartz and Son (2246 Broadway entre West 80th et 81 Est Streets), de son vrai nom Westsider. L'histoire se poursuit dans Brooklyn. Vous voilà devant la maison de Vanessa Paradis, au 48 Clifton Place et Grand Avenue. Traversez ensuite le pont de Brooklyn en taxi, doucement, avec les yeux de Vanessa pour vous faire découvrir la vue magnifique. Et puis retrouvez-vous à Central Park, avec Woody en rabatteur de femmes pour son ami-gigolo.

Passez devant l'hôtel Le Carlyle, cher à Woody, et rappelez-vous le premier rendez-vous de Avigal avec John Torturo au restaurant le Candy Shop au coin 1226 Lexington avenue et 83 Est Street.

Une scène culte

Un accident à lieu en pleine rue entre deux véhicules, un rabbin s'énerve et sort sa batte de baseball dans une ambiance complètement absurde.

Le lieu

On vit l'accident en plein coeur de Brooklyn, Williamsburg, sur Grand Avenue et Clifton Place.

New-York en bref

Comment y aller ?

Consultez nos offres sur les vols vers New-York. Réservez ensemble votre vol et votre hôtel et faites des économies avec expedia sur votre prochain séjour à New-York.

Où dormir ?

Vous avez l'embarras du choix pour sélectionner votre hôtel à New York. Il y en a pour tous les goûts et pour tous les budgets. Pourquoi ne pas choisir un hôtel à Soho ou un hôtel à Brooklyn ?

Sacré Woody !

Woody Allen, incarnation parfaite du New-Yorkais, a témoigné de la transformation de sa ville dans des films qui sont devenus des classiques. Cet homme échevelé, aux grosses lunettes et à l'humour décapant et subtil, est devenu l'emblème cinématographique de la " Grosse Pomme ". le réalisateur met le plus souvent en scène un seul quartier. Central Park reste une constante. Adulé en Europe beaucoup plus que dans son propre pays, pour ses traits d'esprit et ses talents comiques, Woody garde cependant la tête froide : " Je ne veux pas atteindre l'immortalité grâce à mon œuvre. Je veux l'atteindre en ne mourant pas " a-t-il dit.

Citations de Woody Allen sur New York

" Il adorait New York, il l'idolâtrait au-delà de toute mesure Elle le rendait romantique à l'extrême " - Voix off (Woody Allen) de Manhattan.

" C'était comme d'entrer au paradis. Je n'avais jamais rien vu d'aussi beau " - Voix off (Woody Allen) de Radio Days, à propos du Radio City Music Hall.

" Je crois que je m'accommoderais d'une capitale cosmopolite, comme Paris, Londres ou Stockholm. Seulement voilà : j'adore New York, c'est la ville que je préfère " - " Woody Allen - Entretiens avec Stig Björkman ", éditions Cahier du cinéma, 2002.

Woody Allen et la musique

C'est bien connu, Woody Allen est un jazzman reconnu. Il a été bercé par le swing de la belle époque et enfant, il écoutait Sydney Bechet, Louis Armstrong, Duke Ellington, Django Reinhardt, George Gershwin ou encore Cole Porter... Allen devint Woody en hommage à Woody Herman (clarinettiste, saxophoniste et chanteur de jazz américain). Il se met lui aussi à la musique. Il débute en jouant du saxophone, opte finalement pour la clarinette. C'est Turk Murphy qui lui apprend les rouages du métier. Après avoir joué pendant plusieurs années aux côtés de musiciens, il finit par monter son groupe, le New Orleans Jazz Band.

Chaque lundi à l'hôtel Carlyle (Madison Avenue au coeur d'Upper East Side) au début de sa carrière, puis ponctuellement maintenant (devenu un rendez-vous incontournable et très touristique pour les amateurs), Woody et ses amis montent sur scène. Un rendez-vous immanquable, mais assez cher, il faut compter environ 200 $ la soirée en compagnie du maitre !

" Le jazz New Orleans fait toujours inexplicablement résonner quelque chose en moi. C'est comme prendre un bain de miel " - Woody Allen