Au fil des sites historiques, découvrez un haut lieu de la Résistance française...

Médaillée de la Résistance, Lyon est définitivement une ville-clé dans l'histoire de la Seconde Guerre mondiale. Avec émotion, marchez dans les pas de Jean Moulin et levez le voile sur les organisations secrètes de Lyon. Votre séjour entre histoire et culture vous révèle un pan parfois méconnu de l'histoire de France...

Jour 1 : Remonter le fil de l'histoire de la Résistance lyonnaise

Entamez votre visite de Lyon dans la rue Jeanne-Hachette, dans le 3e arrondissement, au pied de la prison Montluc. Ce bâtiment a été réquisitionné en 1942 par les Allemands qui y incarcéraient les Juifs, les résistants et les otages jugés dans un tribunal militaire proche.

En août 1944, Yves Farge, haut-commissaire de la République de la région Rhône-Alpes nommé par Charles de Gaulle, met fin aux exécutions en délivrant les centaines d'otages encore prisonniers. Une dizaine de jours seulement avant la libération de Lyon...

Rejoignez ensuite la place Bellecour et postez-vous au pied de la sculpture du Veilleur de pierre. Cette statue rend hommage aux 5 résistants retenus à la prison Montluc et exécutés ici publiquement par les nazis. Cette action était menée en représailles à un attentat, pourtant non meurtrier, commis le 26 juillet 1944 par les résistants dans le café du Moulin à Vent fréquenté par la Gestapo.

Lyon_Place_Bellecour.JPG
Place Bellecour, Lyon - Crédit photo : Welleschik sous licence CC BY-SA 3.0

Pour vous remettre de vos émotions, à l'heure du déjeuner, perdez-vous dans les traboules de Lyon. Ce réseau de passages couverts a servi de lieu de dépôt des colis des résistants. Le dédale de ruelles était aussi l'endroit parfait pour semer les agents de la Gestapo ! Attablez-vous dans l'un des bouchons lyonnais pour savourer la gastronomie locale en admirant cette architecture typique...

L'après-midi, poursuivez votre promenade jusqu'au 9, cours Gambetta, lieu de réunion des Forces unies de la Jeunesse. Entre ces murs, de jeunes résistants élaborèrent leur stratégie de lutte politique contre le régime de Vichy, au péril de leur vie.

Partez ensuite rendre hommage à Antoine Fonlupt, résistant ayant organisé de nombreux attentats contre les forces allemandes. Le jeune homme fut abattu à l'angle de la rue Romarin et de la rue Puits-Gaillol, alors qu'il tentait d'échapper à un guet-apens dressé place des Terreaux...

La première journée de votre city-break à Lyon s'achève ici, sur les pentes de la Croix-Rousse. La mémoire encore vibrante des lieux parcourus dans la journée, vous poussez la porte d'un des établissements du quartier, et découvrez l'ambiance unique des nuits lyonnaises ! De quoi célébrer la vie et la liberté !

Jour 2 : Se glisser dans les pas de Jean Moulin

Un mémorial dédié à Jean Moulin a été aménagé dans la maison du docteur Dugoujon, là même où le célèbre résistant a été arrêté par la Gestapo le 21 juin 1943.

Situé à quelques kilomètres de Lyon, à Caluire-et-Cuire, ce mémorial retrace la vie des résistants via un documentaire diffusé dans un petit auditorium. À l'étage, vous découvrez, ému, le cabinet du docteur et la salle d'attente où Jean Moulin et 2 de ses compagnons se trouvaient lorsque la Gestapo a fait irruption. Face à ce pudique mémorial, une statue rend hommage au héros de la résistance.

traboules.jpg
Les Traboules, Lyon - Crédit photo : Guillaume Baviere sous licence CC BY 2.0

Consacrez votre après-midi à la visite du Centre d'histoire de la Résistance et de la Déportation de Lyon, situé dans le 7e arrondissement. L'établissement vous plonge dans l'ambiance des années d'occupation et vous permet de mieux appréhender l'histoire complexe de l'organisation de la résistance et de la déportation en France.

Votre séjour à Lyon sur les traces des résistants touche à sa fin, avec la visite du Jardin des 44 enfants d'Izieu aménagé à l'angle de la rue du Professeur Zimmermann et de la rue Raoul-Servant. Ce petit écrin de nature rend hommage aux enfants juifs arrêtés et déportés par Klaus Barbie, lors d'une rafle le 6 avril 1944.

À Lyon, l'histoire de la résistance s'illustre et se commémore à chaque coin de rue.

Le palais de Justice de Lyon, lieu du verdict de la mémoire

En 1987 s'ouvre à Lyon un procès attendu depuis des décennies : celui du Klaus Barbie (ancien chef de la police de sûreté allemande en France, pendant la seconde guerre mondiale).

Les audiences ont lieu dans Palais de Justice, situé dans le Vieux-Lyon et construit en 1835. De ce procès emblématique, on retiendra la formule d'un des avocats des parties civiles : " ce procès est un procès pour l'avenir, pour l'espérance. ".

La Résistance lyonnaise, sous l'œil d'Alain Tasma

Le téléfilm Alias Caracalla, au cœur de la Résistance s'appuie sur les mémoires de Daniel Cordier, secrétaire de Jean Moulin durant 11 mois, à Lyon. Une œuvre bouleversante et incontournable, réalisée avec une grande finesse.

Lyon et la Résistance, en bref

Quand y aller ?

L'histoire des résistants lyonnais se découvre d'un bout à l'autre de l'année...

Comment se déplacer ?

Lyon se parcourt en bus et trolleybus, en métro ou en funiculaire. Plus original, le cyclopotain est un tricycle électrique, idéal pour circuler dans le centre de façon écologique. Vous tenez à votre autonomie? Préférez la location de voiture à Lyon.

Où dormir ?

L'offre d'hôtels à Lyon est variée. Réservez une chambre d'hôtel dans le quartier de la Croix-Rousse, colline à l'histoire riche et au charme indéniable ou optez pour un hôtel historique à Lyon.

Où manger ?

Le Danton : ‪8, rue Danton, 3e arr., Lyon
Sympathique bistro lyonnais, viande savoureuse. Menu à partir de 27 €*

Le Musée‪ : 2, rue des Forces, 2e arr., Lyon
Bouchon lyonnais traditionnel. Dès 23 €* le menu

Les Saveurs du bistro :‪ 10, rue du professeur Weill, 6e arr., Lyon
Cuisine traditionnelle. À partir de 13 €*

L'Œnothèque de Lyon‪ : 15, rue d'Austerlitz, 4e arr., Lyon
Bonnes planchas, à picorer accompagnées de vins de qualité. Dès 10 €*

* Les prix sont donnés à titre indicatif et peuvent varier.

Le saviez-vous ?

Les écrivains aussi se sont engagés durant la Seconde Guerre mondiale. Entre 1941 et 1943, en pleine occupation allemande, est publiée la revue Confluences avec pour contributeurs des hommes et des femmes de lettres hostiles au régime de Vichy. Y participent Louis Aragon, Elsa Triolet, Paul Eluard ou encore Francis Ponge, réunis au 4, rue Chambovet, dans le 3e arrondissement où se trouve une plaque commémorative. L'occasion d'une nouvelle halte souvenir à Lyon...

4 événements et défilés incontournables de la mémoire de la Résistance à Lyon

9 février : Commémoration des victimes de la rafle de la rue Sainte-Catherine 8 mai : Commémoration de la Victoire de 1945 21 juin : Anniversaire de l'arrestation de Jean Moulin 3 septembre : Commémoration de la Libération de Lyon