Dans cet épisode des Promenades d'Aurélia, je vous emmène faire un tour du côté du Jardin du Luxembourg et du quartier de Saint-Germain des Prés.


Le Jardin du Luxembourg, du palais royal au parc public

C'est à Marie de Médicis que nous devons le Jardin du Luxembourg. Suite à l'assassinat de son mari, Henri IV, elle souhaite quitter la demeure royale pour s'établir dans un palais qui lui rappelle sa Toscane natale.

Chaque année, ce sont près de quatre millions de visiteurs qui foulent les allées du Jardin du Luxembourg. Alors que vous prendrez place sur l'un des bancs ou sièges mis à disposition des visiteurs, rappelez-vous cette anecdote : au début du XXème siècle, il faut payer pour avoir le droit de poser son postérieur au Jardin du Luxembourg. Les chaisières, chargées de percevoir le prix fixé pour avoir le droit de s'asseoir font partie des métiers disparus. Avant la Première Guerre mondiale le tarif est de vingt sous. En 1920, les tarifs sont de 0,20 francs pour les chaises et 0,30 francs pour les fauteuils. Finalement ce n'est qu'en 1974 que les chaises devinrent gratuites pour tous.

Fontaine de Médicis1.jpg
Fontaine de Médicis - Crédit Photo : Imagizz

Saviez-vous qu'il y a 106 statues qui peuplent le Jardin ? Promenez-vous pour les retrouver ! Ne manquez pas non plus la fameuse Fontaine de Médicis !

Un jardin pour petits et grands

Le Luco comme l'appelle affectueusement les parisiens est une véritable aire de jeux, de découverte et d'apprentissage.

Imaginez, pour les petits... :

  • un manège de chevaux de bois,
  • un théâtre de marionnettes,
  • des promenades à poneys,
  • un grand bassin pour faire voguer de jolis bateaux à voile,
  • ...

...et pour les grands :

  • des courts de tennis,
  • des terrains de pétanque,
  • un terrain de basketball,
  • des tables d'échecs,
  • ...

Un sacré manège

C'est en 1904 que le Carousel du Jardin du Luxembourg a accueilli les premiers fessiers des bambins parisiens.

Leçon de Jardin

Au Jardin du Luxembourg, on s'amuse et on apprend aussi ! On aime :

  • ses visites guidées menées par les jardiniers,
  • ses cours d'horticulture dispensés gratuitement tout au long de l'année aux particuliers.
  • son patrimoine botanique avec ses curiosités qu'on ne s'attend pas à trouver dans un jardin public en plein coeur de Paris : un rucher, un verger, des arbres remarquables, une collection d'orchidées...

L'Histoire de Paris au Luxembourg

A la Révolution, le Palais du Luxembourg, qui abrite actuellement le Sénat, a été transformé en prison.

Pendant la Seconde Guerre Mondiale, dès le début de l'Occupation, le jardin a accueilli un potager et un local à pommes de terre. La Fontaine de Médicis a même failli se transformer en une piscine d'été. Puis au fil des années, sa terre d'abord nourricière a pris une vocation défensive avec des tranchées meurtrières, des nids de mitrailleuses, des bunker... A la Libération, le jardin est miné, les arbres sont arrachés, des chars gisent un peu partout à l'abandon. Une politique de grands travaux est menée, le Luco accueille de nouveaux les familles parisiennes dès le mois d'octobre 1944.

Les serres du Jardin du Luxembourg.jpg
Les serres du Jardin du Luxembourg - Crédit Photo : Imagizz

Les serres du Jardin du Luxembourg, un vivier de nature extraordinaire

Vous résidez à Paris ? Vous aurez la chance de découvrir les serres du Jardin du Luxembourg lors des Journées du Patrimoine qui se déroulent chaque année le dernier week-end de septembre.

Elles sont à la fois un lieu de production de plantes pour l'embellissement du jardin et la décoration florale du Palais du Luxembourg et un lieu de conservation d'un patrimoine végétal datant du milieu du XIXème siècle.

Orchidée - Serres du Jardin du Luxembourg..jpg
Orchidée - Serres du Jardin du Luxembourg - Crédit Photo : Imagizz

Les somptueuses orchidées du Luxembourg

La collection d'orchidées du Luxembourg fut créée en 1838, elle rassemble aujourd'hui plus de 10 000 pots appartenant à 150 genres, soit plus de 1 350 cultivars, hybrides et espèces d'orchidées tropicales différentes, avec notamment parmi les plus remarquables : Lycaste skinneri, Peristeria elata, Schomburgkia superbiens, Stenorrhynchus speciosus et la collection nationale d'orchidées de Guyane.

Bibliothèque Sainte-Geneviève.jpg
Bibliothèque Sainte-Geneviève - Crédit photo : Imagizz.

L'incroyable bibliothèque Saint-Geneviève

Il est un patrimoine exceptionnel qui reste méconnu du grand public que l'on soit touriste ou parisien, les bibliothèques publiques parisiennes !

A quelques pas de là se trouve la bibliothèque Sainte-Geneviève, universitaire et publique, elle se visite gratuitement ! Il vous suffit pour cela de vous présenter à l'entrée et veillez surtout à ne pas déranger son atmosphère studieuse !

Elle est l'une des plus grandes bibliothèques de France et l'une des plus belles du monde par son architecture et son patrimoine précieux. Inaugurée au mois de février 1851, elle fait figure de manifeste pour la modernité en architecture. Depuis 1992, elle est classée au titre des monuments historiques.

Un trésor dans la Bibliotèque Sainte-Geneviève

Ne manquez pas le Cabinet de Curiosités de la bibliothèque peuplé de "sauvageries" dixit des objets ethnographiques, singuliers & rares récoltés dès le XVIIème siècle par le directeur de cette dernière à cette époque, le Père du Moulinet.

Montaigne pour vous portez chance !

Dans ce quartier peuplé d'étudiants dont l'année est rythmée par des examens, il ne fût pas difficile de trouver un porte-bonheur : la statue de Montaigne. Touchez le bout du pied droit : réussite aux examens garantie !

Pâtisserie Viennoise.jpg
Pâtisserie Viennoise - Crédit photo : Imagizz.

La Patisserie Viennoise, une institution parisienne

Empruntant la rue de l'Ecole de Médecine, pour se rendre au Musée de l'Ecole de Médecine, vous vous arrêterez net devant la vitrine de la Pâtisserie Viennoise ! Ouverte depuis bientôt 100 ans, les recettes autrichiennes & hongroises se transmettent de main en main chez les différents propriétaires qui se succèdent aux fourneaux. Un conseil : ne résistez pas aux gâteaux fait-maison au pavot, à la pomme, à la cannelle et aux fruits rouges !

Musée d'Histoire de la Médecine.jpg
Musée d'Histoire de la Médecine - Crédit photo : Imagizz

Visite du Musée d'Histoire de la Médecine

Il semblerait que les musées méconnus soient bien souvent les plus surprenants. J'en ai encore une fois la preuve avec le Musée d'Histoire de la Médecine qui présente l'histoire et l'évolution des pratiques médicales de l'Antiquité au XXème siècle et présente toutes sortes d'instruments chirurgicaux & thérapeutiques. Vous y trouverez par exemple :

  • Trousse du Docteur Antommarchi qui servit à l'autopsie de Napoléon Ier
  • Bistouri de Charles-François Félix, chirurgien qui opéra Louis XIV avec succès, le 18 novembre 1686, de sa fistule anale.
36 rue Saint-Sulpice.jpg (1)
36 rue Saint-Sulpice - Crédit photo : Imagizz

Le secrets des numéros de rues parisiens

Rue Saint-Sulpice, arrêtez-vous au n°36 : pourquoi ce numéro est-il coloré ? Pourquoi n'est-il pas bleu & blanc ? Car c'est ainsi que l'on distinguait les immeubles qui accueillaient des maisons closes.

Eglise Saint-Sulpice.jpg
Eglise Saint-Sulpice - Crédit photo : Imagizz

L'église Saint-Sulpice, une église pleine de mystère

Une foule d'anecdotes est attachée à l'église Saint-Sulpice et à y regarder de plus près elle présente aussi physiquement quelques singularités. C'est sûrement pour cela quel est l'un des sites parisiens où se situe l'action du roman Da Vinci Code de Dan Brown !

  • En 1770, elle a été touchée par la foudre !
  • Elle est dotée d'outil de mesure utilisé en astronomie qui permet de déterminer précisément la position du Soleil, et donc une période de l'année.
  • Son orgue est le troisième plus grand orgue de France.
  • Ornée de deux tours, une seule a été achevée.
  • Eugène Delacroix, peintre athée, y a réalisé un ensemble de peintures que l'on retrouve dans la chapelle des Saints Anges.
Eglise Saint-Sulpice.1.jpg
Eglise Saint-Sulpice - Crédit photo : Imagizz

Le Saviez-vous ?

Saviez-vous que les cloches des églises étaient baptisées & nommées ? Voici les prénoms des cloches de Saint-Sulpice : Thérèse, Caroline, Louise, Marie & Henriette-Louise.

Musée Eugène Delacroix..jpg
Musée Eugène Delacroix - Crédit photo : Imagizz

Eugène Delacroix, un résident du 6ème arrondissement

La maison occupée par Eugène Delacroix est à présent le musée qui lui ai dédié : le musée national Eugène Delacroix !

Ce musée fait partie du réseau des 208 Maisons des Illustres. Décerné par le Ministère de la Culture et de la Communication, ce label signale à l'attention du public les lieux dont la vocation est de conserver et transmettre la mémoire de femmes et d'hommes qui les ont habitées et se sont illustrés dans l'histoire politique, sociale et culturelle de la France. Je vous conseille vivement de prendre l'habitude de consulter la liste de ces dernières lorsque vous vous déplacez en France afin de découvrir de merveilleuses demeures !

L'église de Saint-Germain des Prés, épicentre du quartier

Et nous arrivons enfin dans le quartier autour de l'église de Saint-Germain des Prés. Déjà au XVIIème siècle, le quartier est très populaire auprès des intellectuels mais c'est surtout pendant la Seconde Guerre Mondiale, que le quartier non réquisitionné par les allemands est devenu un refuge pour les écrivains, les musiciens du monde entier.

Sachez que son clocher est certainement l'un des plus anciens de France.

Eglise Saint-Germain des Prés1.jpg
Eglise Saint-Germain des Prés - Crédit photo : Imagizz.

L'église de Saint-Germain des Prés, une église unique en son genre

Vous remarquerez les vitraux sobres et non teintés dans l'église. Ici ce sont les murs qui sont colorés et non les vitraux. Ils laissent ainsi passer une lumière blanche.

Les fenêtres sont garnies de verres légèrement teintés qui n'arrêtent pas la lumière ambiante. C'est une surprise toujours nouvelle, pour les visiteurs habitués à voir les vitraux des églises catholiques réfléchir les rayons colorés sur des murailles blanches et nues, d'apercevoir l'effet inverse dans l'église de Saint-Germain des Prés, où les fenêtres versent la lumière blanche sur des murailles colorées.

C'est l'un des premiers édifices gothiques français et dans le monde. A la Révolution, l'église devient bientôt une manufacture de salpêtre pour fabriquer de la poudre à canon. D'ailleurs le 19/08/1794, douze tonnes de poudres entreposées en l'abbaye explosent et y mettent le feu. Un grand réservoir est construit dans le transept, et le bas-côté sud accueille des fourneaux et chaudières.

C'est ainsi que se termine cette promenade, ne manquez pas de consulter nos autres itinéraires pour trouver des idées de visites à Paris qui sortent de l'ordinaire !