La Révolution tranquille des années 1960 a progressivement fait évoluer les mentalités. Les esprits se sont ouverts à un point tel que le Québec et le Canada sont devenus un havre de paix pour la communauté homosexuelle.

Chaque année des milliers de touristes gays, du monde entier, viennent profiter de Montréal et apprécient la tolérance montréalaise face à leur orientation sexuelle.

Il faut savoir que depuis 2005 le mariage gay est autorisé au Canada. D'ailleurs, beaucoup de mariages ont lieux à Montréal et sont à l'origine de fêtes spectaculaires au printemps.

Le quartier gay de Montréal est l'un des plus importants au monde et chaque année la fierté gay de Montréal s'active pour une semaine de délire, de joie, de rires et de spectacles dans la rue et sur les scènes installées pour l'événement. Même le maire défile, assis sur le capot d'une vieille Chevrolet afin de soutenir la communauté !

bulles-roses.jpg
Le Village aux beaux jours - Crédit photo : Sandrine Tordjman

A la découverte du Village

Le quartier gay à Montréal est vaste et situé dans le prolongement du centre-ville. Il ne fait pas ghetto, la population est mixte. Il reste cependant la référence quand on parle de la communauté gay, la plupart des cabarets, bars et restaurants gays y sont regroupés.

Lorsqu'on se promène le matin dans les rues du Village, il n'est pas rare de croiser des artistes de cabarets qui font leurs courses ou tout simplement prennent leur café tranquillement, près de couples moins colorés. C'est ce décalage de styles qui crée la magie du quartier.

Les beaux jours au Village

Dès le mois de mai et durant 4 mois, le quartier devient piétonnier. C'est l'occasion de voir une orgie de terrasses, de stands de street food et de bazars sur le trottoir. Le quartier devient très vivant. Ce concept de " Aire libre " date des Outgames de 2006 (jeux olympiques gay). L'idée a séduit et elle se renouvelle d'année en année pour le plus grand plaisir des montréalais et des touristes.

Depuis 3 ans le ciel du village est devenu féérique. On se promène avec des tas de bulles roses au dessus de la tête. Le soir la magie opère, les éclairages donnent un air de fête dans les rues. Il fait bon flâner et profiter de la rue piétonnière.

porte-drapeau-fierte.jpg
Gay Pride à Montréal - Crédit photo : Sandrine Tordjman

Le Village pour les fans de design vintage

Beaucoup de magasins de meubles vintages se sont installés dans ce secteur. Quasiment tous les propriétaires de ces boutiques. Le plus connu est Jack, son maitre a même appelé sa boutique " Jack's " (1883 Rue Amherst). Il est accueillant et nous raconte ses passions pour les vieux globes terrestres et les objets des années 1960. Un tout petit plus loin, allez jetez un oeil chez Spoutnik (2120 rue Amherst), qui vous fait remonter le temps aussi bien dans les années 40 que les années 70.

Ne manquez pas non plus la boutique Seconde chance (1691 Rue Amherst), très colorée. Elle se spécialise dans les accessoires de 1950 à 1970. Lampes, articles de cuisine, poteries et jouets garnissent ce magasin. L'artère montréalaise a connu des années plus fastes, mais on y déniche toujours des trésors d'époque en quantité. N'hésitez pas à mettre le cap sur ce bout de rue qui mérite amplement d'être redécouvert !

bulles-roses2.jpg
L'Apollon - Crédit photo : Sandrine Tordjman

A voir / à faire dans le Village

Vos soirées LGBT à Montréal

Gay ou pas on y va ! Comme dans toutes les villes réputées gay-friendly, les cabarets sont les points de chute de soirées colorées et festives. Chez Mado est LE cabaret Drag Queen de la ville (1115 Rue Sainte-Catherine Est). Mado anime des spectacles composés de sketches à coloration fortement locale et des imitations de chanteurs connus.

Si vous préferez les boites de nuit, la bonne adresse c'est l'Apollon. Dans un décor inspiré du légendaire Parthénon d'Athènes, le club le plus prisé (et le plus récent!) du Village gay de Montréal vous accueillent pour faire la fête jusqu'au petit matin, tout comme le Sky (1474, rue Ste-Catherine Est). Un bar, un pub, un cabaret, un resto... ? Un peu tout ça avec en plus une piscine sur le toît !

Si vous êtes plutôt fille, le Royal Phoenix (5788, boul St-Laurent) est l'un des rares lieux lesbiens en dehors du Village. La musique est cool et varie entre music live et DJ. Il y a toujours un endroit chouette où se retrouver et s'amuser à Montréal !

mado-parade.jpg
Gay Pride à Montréal - Crédit photo : Sandrine Tordjman

Festivals, et événements LGBT sympas à Montréal

Le Défilé de la fierté gay et lesbienne de Montréal existe depuis 2007 et à lieu en août. Il s'étale sur une semaine, remplie de spectacles, avec un point culminant au moment de la grande parade. Des scènes musicales variées se répandent dans le centre-ville, des chars carnavalesques et des groupes de Drag Queen ou de " Bears " défilent les uns après les autres sur la rue Sainte-Catherine.

Le festival divers/cité est une manifestation artistique populaire, moderne et avant-gardiste gay. On y découvre des spectacles publics principalement dans le Vieux Port de Montréal, mais également dans quelques bars de la ville, dont ceux du Village.

Le FIMA est un autre festival artistique à ne pas manquer. Sorte de galerie à ciel ouvert, il s'étend sur plus d'un kilomètre sur la rue Sainte-Catherine Est. Vous y trouvez des oeuvres d'artistes issus de toutes les disciplines, des projections de courts métrages, des performances multimédias sons et images, des installations immersives, de la peinture en direct, etc... L'occasion de découvrir des oeuvres d'artistes émergents et peut être d'aquérir quelque chose !

terrasse-sky.jpg
Le Sky - Crédit photo : Sandrine Tordjman

Où manger et boire un verre à Montréal ?

Version speakeasy ou Audrey Heyburn

La mode des bars clandestins et souterrains nous arrive tout droit de New-York, où la tradition des speakeasy date de l'époque de la Prohibition. Essayez par exemple " En cachette " (1765 Rue Saint-Denis). Situé en demi-sous-sol, ce bar vous accueille dans un décor de bois et de tapisserie qui vous transporte dans les années 30. Dégustez-y un savoureux cocktail...

Vous avez un petit creux ? Allez manger au Saloon (1333 rue Sainte-Catherine Est). Le décor est vintage/rococo et un écran géant diffuse des scènes de films avec Audrey Hepburn, Humphrey Bogart...L'ambiance est tamisée et les plats sont simples, type bistrot, mais bien présentés et savoureux.

en-cachette.jpg
En Cachette - Crédit photo : Sandrine Tordjman

Sandwich au milieu de la nuit et espace fusion

Après avoir fait la fête jusque tard dans la nuit, rien de tel qu'un bon sandwich, et une boisson fraîche. Le Club Sandwich (1570, rue Ste-Catherine Est) accueille une clientèle essentiellement composée de lesbiennes et de transsexuels. Du snack américain after-clubbing rien que pour vous !

Enfin, pour passer un bon moment direction La Casa Del Popolo (la Maison du Peuple, 4871 Boul St-Laurent). Bar/resto hors clichés gay, l'endroit est amical et branché. À vocations multiples, cet espace est à la fois un café équitable, un resto-bar, une galerie d'art... Vous profitez d'un mélange éclectique de musique, d'art, de bonne cuisine et de rencontres inattendues !

casadel-popollo-2.jpg
Casa del Popolo - Crédit photo : Sandrine Tordjman

La petite histoire d'un village Gay

D'abord un quartier pauvre, cette zone a été progressivement occupée par la communauté gay et lesbienne à partir du début des années 1980. Cette occupation fait suite au départ des commerces gay des zones plus proches du boulevard Saint-Laurent ou du centre-ville, où le prix des loyers commerciaux élevés a eu raison de plus d'une boutique. Des pionniers s'installent au milieu des années 1970 dans le Village comme le magasin érotique Gay Priape, le magazine Fugues... Ces établissements existent toujours, constituant ainsi, des institutions pour la communauté LGBT québécoise. Bien que connu sous le vocable Village gay, le quartier n'est pas devenu un ghetto pour autant.

Michel Tremblay, et ses " belles soeurs "

Michel Tremblay est l'auteur gay du Québec par excellence. Il n'écrit pas des romans sur l'homosexualité en particulier, mais son style et sa manière de brosser ses personnages sont vifs, colorés et attachants.

Il naît à Montréal eu début des années 1940, dans une famille où les femmes sont omniprésentes. Il habite le Plateau Mont-Royal, aujourd'hui quartier branché de la ville, mais anciennement quartier populaire, dans une maison où les voisins s'entassent dans des petits appartements et où la promiscuité est le pain quotidien des familles. C'est cette vie qu'il retranscrit si bien dans ses romans qui nous donnent l'impression de remonter le temps et reflètent si bien la société montréalaise des années 1960.

Les deux oeuvres littéraires qui l'ont rendu célèbre sont : Les Belles-sœurs (1968) adaptée plus tard au théâtre et La grosse femme d'à côté est enceinte (1978). Michel Tremblay ne cache pas dans ses œuvres son regard sur la société québécoise qu'il considère comme une société ouvrière dominée par l'Église catholique et sa morale contraignante, ou par une élite anglophone et bourgeoise, comme en témoigne, de manière métaphorique, la fin de la pièce Les Belles-sœurs. Il écrit aussi bien pour le théâtre que des chroniques dans des magazines. Son oeuvre est vaste et touche que l'on soit Québécois ou pas.

Où dormir à Montréal ?

Profitez de nos offres irrésistibles sur les hôtels à Montréal ! Pourquoi ne pas réserver un hôtel romantique à Montréal, ou même un hôtel spa à Montréal ?