Bordeaux est l'une de ces villes maritimes où l'eau est omniprésente. Elle a façonné son histoire et continue aujourd'hui de rythmer la vie des bordelais. Lors de ma visite de la ville, je me suis laissé porter par ses courants pour découvrir ses empreintes ici et là.

Devenez photographe

Allez patauger dans le miroir d'eau et réaliser des photos dignes des plus grands photographes. Cette étendue d'eau n'a pas fini de vous surprendre. Ses reflets vous donneront une nouvelle perspective de la ville et son brouillard vous plongera dans un monde enchanteur. Le point de départ parfait pour votre voyage à Bordeaux.

Crédit photo : Philippe Trzebiatowski

Skate ou expo dans le Hangar Darwin

Cet espace dédié aux cultures urbaines a un côté très berlinois. Il a été aménagé avec des matériaux de récupération et redonne ainsi vie à une ancienne caserne militaire. Autour, c'est tout un nouveau quartier alternatif qui s'organise avec lieux de vie, de travail et de détente.

Crédit photo : Philippe Trzebiatowski

Explorez la base sous-marine

Ce bunker construit pour abriter des sous-marins pendant la seconde guerre mondiale est aujourd'hui un lieu culturel. Sa visite est pour le moins déroutante. De nombreux événements y sont organisés : expositions, concerts, théâtre et danse dans un environnement unique entre eau et béton.

Crédit photo : Philippe Trzebiatowski

Observez le pont Chaban Delmas

Cet ouvrage remarquable rythmera votre séjour à Bordeaux. Comme posé sur la Garonne, il permet son franchissement. Mais attention, son pont levant permet aussi aux bateaux de passer. Aurez-vous la chance de voir un paquebot se glisser sous ce géant d'acier et de béton ? Un spectacle de toute beauté.

Crédit photo : Philippe Trzebiatowski

Regardez les Vivres de l'art

Ce projet redonne un second souffle aux bâtiments des Vivres de la Marine, classés au patrimoine mondial de l'Unesco. Aujourd'hui, des ateliers, des galeries et des résidences d'artistes en font un lieu culturel incontournable à Bordeaux. Ambiance métallique assurée.

Crédit photo : Philippe Trzebiatowski