" Quelles que soient tes origines, tu peux être Guyanais "

François, 34 ans, a séjourné neuf mois en Guyane. Le temps d'une année scolaire puisqu'il y enseignait l'Histoire-Géographie dans un collège à Saint-Laurent du Maroni, à l'ouest du département. Un rythme de vie, un climat, une ambiance et des paysages bien différents de la région parisienne d'où il venait... Immersion en Amazonie française qui accueille un formidable patchwork ethnique.

Pourquoi la Guyane est-elle une destination si insolite pour le tourisme ?

La Guyane est une destination idéale pour les amoureux de nature et d'aventure. Lieu de tourisme vert par excellence, c'est une terre pleine de paradoxes et de surprises.

Omniprésente autour des villes, la forêt équatoriale est une merveille de biodiversité où les arbres de 50 ou 60 mètres sont rois avec une faune extraordinaire. La Réserve Naturelle des Marais de Kaw est le refuge d'une multitude d'oiseaux de toutes sortes, de tortues et même de fauves. Dépaysement garanti lors d'une excursion en pirogue à l'affût des trois espèces de caïmans...

La ponte et l'éclosion des œufs de tortues sur les plages des Hattes (Awala) est aussi un spectacle exceptionnel au printemps.

Difficile d'imaginer qu'aux portes de cette jungle, la conquête de l'espace se joue et que la fusée Ariane décolle ! La base spatiale de Kourou, développé par le CNES est un centre ultramoderne à visiter. Vous aurez peut-être la chance d'y assister à un lancement ! Parmi les villages typiques, Cacao regorge de fruits et de légumes et est le point de départ du sentier Molokoï, une des plus belles randonnées de Guyane. Se rendre aussi au " Planeur bleu " pour sa collection unique de papillons et d'insectes.

Les îles du Salut offrent une visite splendide mais riche en émotions... l'archipel a d'abord servi de refuge aux colons français en 1763 et est ensuite devenu le " bagne du bagne ". Les cellules sont encore visibles au milieu d'une dense végétation.

A faire aussi : les Chutes Voltaire (un site naturel prodigieux), une excursion guidée dans la canopée, observer les chercheurs d'or autour du fleuve Maroni, dormir dans une cabane perchée en pleine forêt, flâner sur les beaux marchés colorés de Cayenne et de Saint-Laurent-du-Maroni...

Comment les différentes cultures se côtoient ?

Par son histoire et sa localisation, la Guyane, terre de colonisation, est multiculturelle : Amérindiens, Indiens, Haïtiens, Brésiliens, noirs marrons du Surinam, Hmongs (venus de Chine), Vietnamiens et Européens vivent ensemble. Ces communautés fortes offrent un panel de richesses comme l'artisanat Amérindiens ou Saramaka, le grand carnaval du Brésil à Cayenne... C'est ainsi que la Guyane est un véritable laboratoire des langues. Par exemple, le sranan (du Surinam) ou le taki taki (à l'ouest) sont des créoles issus de plusieurs langues des colonisations.

On retrouve aussi ce melting-pot culturel sur les marchés avec les nombreux épices comme le célèbre piment de Cayenne et les plats traditionnels. L'immanquable bouillon d'awara, le blaff ou l'atipa (poisson préhistorique) flirtent avec les soupes chinoises, le Bami Nassi (plat de pâtes javanais) ou le poulet et le poisson boucanés (fumés) hérités des pirates... L'architecture, riche de bâtiments coloniaux et de maisons en bois sur pilotis témoigne également de cette grande mixité devenue une force. Sur le fleuve du Maroni, les maisons des Noirs-marrons valent le coup d'oeil. Tous partent du principe que quelle que soit tes origines, tu peux être Guyanais.

Qu'est-ce que cette expérience de voyage t'a apporté ?

Il faut plusieurs semaines pour s'imprégner du climat équatorial et prendre le rythme, bien différent de la métropole. Ici, le jour se lève vers six heures et se couche dès 18 heures. La vie s'organise selon ce cycle et beaucoup travaillent tôt le matin. Séjourner en Guyane m'a fait découvrir une vie plus proche de la nature, plus humaine, plus simple, et donc plus vraie. Ici les gens ne font pas semblant. La population est accueillante et surtout authentique car elle ne mise pas tout sur le tourisme. La Guyane compte seulement 250.000 habitants. C'est drôle de recroiser des visages connus dans les grandes villes regroupées sur le littoral, pourtant assez espacées les unes des autres. Il n'est pas rare que les grandes familles se connaissent. L'administration est française mais le dépaysement est total.

J'ai aussi été marqué par le respect des traditions comme celle du Carnaval. Entre l'Epiphanie et le Carême, un élan d'euphorie envahie les rues de Cayenne avec des bals masqués endiablés. Les femmes cachées sous leur riche costume de Touloulous y ont toutes les libertés...

Infos voyage :

  • Choisir la bonne saison pour partir : il fait généralement chaud avec une forte humidité tempérée néanmoins par les alizés. Une forte période de pluie de décembre à juillet est interrompue par le petit été autour de mars qui dure trois semaines.
  • Vaccins : fièvre jaune obligatoire et paludisme recommandé.
  • Ne pas s'exposer avec des signes extérieurs de richesse.